Les conservateurs risquent d'oublier une riche tradition de pensée économique

featured image

L’écrivain, ancien conseiller principal des chanceliers britanniques Philip Hammond et Sajid Javid, est associé chez Flint Global; il écrit à titre personnel

Le gouvernement de Boris Johnson a été fondamentalement « non-conservateur ». Telle a été l’impression donnée par la course à la direction des conservateurs jusqu’à présent. Inévitablement, le débat a été dominé par la chef du parti conservateur moderne la plus couronnée de succès, Margaret Thatcher.

Ce que nous avons entendu n’est au mieux qu’un reflet partiel de sa philosophie : les grands conservateurs ont fait la queue pour rappeler aux candidats son aversion pour les réductions d’impôts non financées lorsque l’inflation monte en flèche. De plus, le débat ignore une histoire beaucoup plus riche de la pensée économique conservatrice.

L’économie conservatrice a connu des hauts et des bas au cours des deux cents dernières années. Le programme de libéralisation de Robert Peel au milieu du XIXe siècle a été suivi d’une période de scepticisme envers laissez-faire. Avec la montée du travail, le parti a changé pour se définir contre le socialisme, mais la période après 1945 a néanmoins vu les conservateurs faire la paix avec l’État-providence et présider une économie mixte. Ce n’est que sous Thatcher que le recul de l’État est devenu central.

Cette évolution ne doit cependant pas être confondue avec un manque de principes. Tout au long, quatre principes de base de la pensée économique conservatrice ont perduré. Premièrement, l’économie conservatrice a eu tendance à être pragmatique, sceptique à l’égard de l’idéologie et fondée sur le réalisme. Le conservatisme a rejeté la rigidité intellectuelle, s’adaptant plutôt aux problèmes du jour.

Deuxièmement, il s’est félicité du changement économique, tant pour les progrès qu’il peut apporter que pour assurer la stabilité politique et sociale. La tâche consiste à gérer le changement avec soin, en tenant compte de la manière dont les personnes et les communautés doivent être protégées.

Le troisième principe clé est la conviction que la prospérité et les opportunités doivent être largement partagées. Ce fil conducteur va de la reconnaissance par Benjamin Disraeli des dangers de l’existence de « deux nations », riche et pauvre, à la reconnaissance par Harold Macmillan du « devoir clair » du conservatisme envers les sections de la société qui ne partagent pas le progrès économique.

Enfin, il y a le rôle de l’État. Oui, les conservateurs ont toujours regardé avec méfiance un gouvernement trop puissant – mais cela ne doit pas être confondu avec le libertarianisme des petits États. L’approche conservatrice a été de voir l’État comme un facilitateur, plutôt qu’un contrôleur, de l’activité économique.

Ce sont ces principes qu’il faut maintenant appliquer aux défis à venir. À court terme, cela signifie gérer la flambée massive de l’inflation et le ralentissement qu’elle peut entraîner. Au-delà de cela, le prochain Premier ministre doit se tourner vers les défis à plus long terme. Compte tenu de la récente croissance anémique, un plan pour la maximiser doit être une priorité absolue. Mais un vrai conservateur est réaliste et doit reconnaître que même l’exécution la plus brillante pourrait néanmoins voir l’économie croître plus lentement qu’auparavant, freinée par des facteurs structurels inévitables : une population vieillissante, l’évolution inexorable vers plus de services et le recul de la mondialisation. . La poursuite de la croissance ne peut donc servir de couverture pour éviter des décisions difficiles ailleurs.

Plus précisément, une croissance plus faible signifie que deux autres défis auxquels le Royaume-Uni était déjà confronté vont probablement s’intensifier. Les niveaux de revenu et les inégalités régionales en Grande-Bretagne sont élevés selon les normes historiques et internationales. L’histoire nous dit qu’une croissance faible a tendance à voir des combats plus intenses sur la distribution, ce qui ajoute de l’urgence au problème. Une croissance plus faible signifie également que les pressions structurelles sur les finances publiques ne peuvent être ignorées.

Pour faire face à la croissance, aux inégalités et aux défis budgétaires à venir, le conservatisme d’aujourd’hui doit s’adapter une fois de plus ; mais il doit être fondé sur des principes conservateurs de longue date, et non sur les vaines promesses d’une imitation partielle du thatchérisme.

Read more Business News in French

Source